Comment la psychanalyse…

Un patient vient de quitter mon cabinet après sa séance hebdomadaire, bravant la pluie en cette après-midi de veille de 1er Mai. Une nouvelle fois, je découvre ou plutôt redécouvre le fonctionnement de la psychanalyse. N’en déplaise à ses détracteurs, les mots « guérissent ». En le regardant partir, il me revenait cette phrase de Claudel : « Les mots sont les fragments découpés d’un ensemble qui leur est antérieur ». En analyse, le patient qui ose s’écouter, par le biais des mots, qu’il cisèle, dit, redit, reprend, retisse les blancs de ses incompréhensions. Quand ceux-ci sont les justes, il se crée comme une musique qui permet de nouveau à la vie de se dérouler, là, précisément où elle s’était figée. Il y a chaque fois une grande émotion chez moi, lorsque le patient se remet à marcher. « Les mots sont les passants mystérieux de l’âme » disait aussi Hugo.img051

Publicités