Une dixième bonne raison d’aller voir un psychanalyste : ne pas savoir dire non.

img040Coraline dit souvent qu’elle est trop bonne et ajoute en générale trop c…. Elle ne sait pas dire non. Et cela entraîne dans sa vie professionnelle, sentimentale et familiale, des souffrances dont elle n’arrive pas à se débarrasser. Elle se demande même si son extrême bonté, sa trop grande générosité, sont appréciées…

Publicités

Une neuvième bonne raison d’aller voir un psychanalyste : le manque de confiance en soi.

Marie ponctue toutes ses phrases de : « Je n’aurais pas dû ? » ;  de « C’est de ma faute » ; de « Ce n’est peut-être pas bien de penser ça » ou encore « Tout cela n’est pas possible pour moi ». Marie culpaimg039bilise souvent et c’est ce qui l’empêche de s’imaginer une autre vie.

Une huitième bonne raison d’aller voir un psychanalyste : les addictions

img038Tabac, alcool, drogue, sport, écrans… Martine, Jérémy, Claude, Betty et Kévin… chacun(e) a sa façon s’est réfugié(e) dans ce qui était pour lui au départ, un plaisir. Et peu à peu, ce plaisir est devenu leur prison. Avec parfois la santé qui se dégrade, des accidents…

Une septième bonne raison d’aller voir un psychanalyste : des amours complexes

img037

Lise a une cinquantaine d’années. Elle dit que sa vie amoureuse n’est peuplée que de rencontres similaires qui ne la mènent nulle part. Elle a l’impression de « collectionner » sans jamais construire… sans jamais trouver une épaule vraiment rassurante. Elle se sent si seule…

Une sixième bonne raison d’aller voir un psychanalyste : Qui suis-je vraiment ?

img036Michaël a la trentaine. Deux phrases lui trottent souvent dans la tête : « Je est un autre » de Rimbaud et « Nous sommes les autres » d’Alain Resnais dans son film « Mon oncle d’Amérique ». Michaël se demande si ce qu’il vit, c’est vraiment lui.